« On/Off » d’Ollivier Pourriol

ollivier pourriol

On/Off d’Ollivier Pourriol, NiL, mars 2013, 353 pages, 19€.

Depuis quelques semaines, le jeu des chaises musicales a commencé sur Canal Plus. Les animateurs apprennent à tour de rôle, parfois dans la presse, que leur contrat ne sera pas renouvelé pour la saison prochaine. Des pratiques plus que discutables. Ça a commencé avec le supposé arrêt maladie de Maïtena Biraben, puis avec le départ de Yann Barthès pour TF1, sans oublier Thierry Ardisson qui migre sur D8 avec son émission.

Il est donc temps de relire ou de découvrir le livre d’Ollivier Pourriol, On/Off, sur son passage dans l’émission du Grand Journal, sur Canal Plus. Approché parce qu’il était philosophe, pour ajouter une touche culturelle à l’émission, il va vite s’apercevoir que Canal n’est qu’une machine de guerre : chacun pour sa peau. À la rentrée, il ne pourra même pas avoir une minute de chronique, il devra se battre pour pouvoir poser une question, s’apercevra vite que lorsqu’il en pose plusieurs, les plus intéressantes sont coupées au montage. Ne sont retenues à l’antenne que les phrases chocs. À la fin de l’année, il restera sur le plateau, mais ne sera jamais dans le cadre et n’aura plus la parole : une forme de mise au placard façon Canal.

J’aurai été pendant un an le téléspectateur le mieux payé de France.

Avec On/Off, Ollivier Pourriel nous entraîne avec lui dans les coulisses de l’émission et ce n’est pas toujours beau à voir. On ne lui laisse pas choisir les livres qu’il souhaite chroniquer, il nous apprend également que personne ne lit les livres des invités — apparemment pas même un stagiaire relégué aux fiches —, la culture est tout simplement proscrite, on lui demande de lire les livres des politiques — livres écrits par des nègres, mais ça ce n’est une surprise pour personne. Finalement, proposer à un philosophe de devenir chroniqueur n’était qu’une façade pour l’émission. Son livre est passionnant, plein d’anecdotes sur les coulisses de la télévision. Avec cynisme et sarcasme, Ollivier Pourriol réussit une belle vengeance littéraire.

— Vous ne devriez pas vous foutre de ma gueule comme ça. Moi aussi, je pourrais me foutre de votre gueule. Mais je ne le fais pas.

— Houlà !

— Alors toi, un jour tu vas écrire un livre pour te venger. Tu parleras du nain qui t’empêchait de faire des citations, et de l’abruti qui corrigeait toutes tes phrases.

— Tu vas pas nous rater !

— Ah ça non, tu vas pas nous rater !

Le prochain roman d’Ollivier Pourriol paraîtra à la rentrée littéraire, en août, aux Editions Stock.

Site des Editions NiL

Site d’Ollivier Pourriol

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s