Les photographies de Vincent Delerm

Vincent DelermVincent Delerm, L’été sans fin / Songwriting / C’est un lieu qui existe encore, Editions Actes Sud, octobre 2016, 32€.

Le nouvel album « À présent » de Vincent Delerm est dans les bacs depuis quelques semaines. Parallèlement, le chanteur est aussi sur les tables des librairies avec trois livres qui allient photographies et textes. Le premier, L’été sans fin, réunit un ensemble de photographies prises pendant des vacances. Chaque photo est accompagnée d’une légende, toujours juste, drôle, touchante. Quelques mots bien choisis qui nous raconte toute une histoire avec une simple photographie.

Un guidon de vélo légendé « Je peux être là dans dix minutes ».

Une tong légendée « Tout est simple ».

Un mur face à la plage légendé « Hize à minuit. Le scooter à l’arrêt. La fille qu souriait. Le garçon bruni. Évanouis. »

Le deuxième livre, C’est un lieu qui existe encore, retrace la vie de son grand-père Pierre Marius Chosson. En 2009, Vincent Delerm demande à son grand-père de lui parler de sa vie.  Il revient sur son enfance, sa femme, la guerre, les rencontres d’une vie, des dates et des lieux marquants. Il lui rend hommage dans ce petit livre touchant, où les souvenirs et les photographies se mêlent avec émotion.

Enfin, le dernier livre, Songwriting, est sans doute celui qui m’a le plus touchée et emportée dans le monde de Vincent Delerm. Il évoque ses tournées. Plusieurs parties composent ce petit livre : Writing, Meeting, Recording, Travelling, Walking, Sleeping, Singing. Des photographies de textes de chanson, de chanteurs comme Alain Souchon, Jeanne Cherhal ou encore Alain Chamfort, jusqu’aux chambres d’hôtels, aux repas d’après concert. On entre dans l’intimité d’une tournée. Avec humour et élégance. Comme toujours. Quand il parle de l’écriture :

Je me souviens que le mot « rouge » ne rime qu’avec « bouge », que si quelque chose est rouge dans une chanson on sait qu’un truc va bouger juste après.

Quand il parle des chambres d’hôtel :

Je me souviens du panneau dans la salle de bains demandant d’économiser l’eau pour sauver la planète alors que c’est pour diminuer la facture d’eau de l’hôtel.

Dans ce livre, on retrouve la beauté et l’humour de ses textes de chanson. On retrouve un peu de la délicatesse de son père Philippe Delerm. Trois beaux textes à lire, à voir.

Site officiel de Vincent Delerm

Site des éditions Actes Sud

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s