Rencontre avec Chassol & Christiane Taubira au Théâtre du Rond-Point

Tous les ans, le Théâtre du Rond-Point organise, en partenariat avec Télérama, une journée de rencontres avec des artistes dans les 4 salles du théâtre. J’ai eu la chance de pouvoir rencontrer le musicien Chassol et Christiane Taubira.

Chassol est un artiste fascinant, qui joue avec les sons, avec la musique, avec les voix. Lorsqu’il sort un album, tout est lié à l’image. Il crée une musique de film, et crée également le film de la musique. Il explique que la musique est permanente, que l’on entend toujours, que l’image a toujours du son, qu’une image sans son n’existe pas. Quand quelqu’un du public lui objecte les films muets, il répond :

« Quand je regarde un film muet, j’entends de la musique. »

Et oui, l’image est toujours accompagnée d’un son. Lorsqu’un voisin fait des travaux, il aime écouter le bruit de la perceuse, le son, les vibrations qu’elle provoque. Il a d’ailleurs inventé le terme ultra score, qui définit les sons du quotidien comme une musique. Dans les dessins animés, lorsque l’on voit un chat dégringoler les escaliers, on entend souvent une descente au piano. Et bien Chassol part du principe inverse. Il utilise les vrais bruit de klaxons dans la ville, ou encore la fameuse perceuse. Chaque son du quotidien devient une musique, tout comme la parole. Lorsque nous parlons, nous utilisons des intonations qui sont musique. Il a fait de nombreuses créations avec des discours politiques, comme celui-ci avec Obama :

Chassol est également un grand amateur de musique de films, il reconnaît d’ailleurs en écouter beaucoup, sans forcément voir les films en question. Il conseille d’écouter Copland, Steve Reich… Et lorsqu’on lui demande le réalisateur pour qui il aimerait travailler, il répond Brian de Palma ! Une rencontre étonnante et passionnante.

***

Lorsque Christiane Taubira arrive sur scène, elle est applaudie pendant de longues minutes. Cette femme reste fascinante par l’aura qu’elle dégage, par cet amour qu’elle provoque. On a tout de même rarement vu autant d’amour envers une personnalité politique. Malgré les nombreuses attaques subies alors qu’elle était Garde des Sceaux, elle garde avec elle des centaines d’hommes et de femmes qui continuent de la suivre et de l’écouter. Christiane Taubira a un caractère bien trempé, on le savait, mais elle a aussi beaucoup d’humour.

« Dire non est presque, chez moi, un état naturel. C’est comme un réflexe de survie. C’est d’abord non, et après on se pose et on réfléchit. […] Cela relève de l’hygiène mental que de dire non. »

Lorsqu’elle évoque son enfance, elle dit qu’à l’école, ils apprenaient tout sauf leur propre terre. Il fallait apprendre la France. D’ailleurs, une jeune fille à la fin de la rencontre appuiera ce point, en expliquant qu’il en est toujours de même aujourd’hui pour les étudiants dans les DOM TOM.

« Il s’agissait de tout apprendre, sauf nous-même. Je n’ai pas appris la carte de la Guyane, mais je connaissais le bassin de la Roure. »

Mais cette rencontre était tournée essentiellement vers la culture et l’art. Elle explique que l’art est tout pour elle, qu’elle s’en abreuve depuis qu’elle est adolescente. La journaliste lui a donc fait évoquer de nombreux sujets, dont voici les  plus belles phrases de Christiane Taubira que j’ai pu noter.

« Mon rapport à la littérature est un rapport d’errance. C’est dans ce grand désordre que j’ai appris l’immensité du monde, la beauté de la littérature et un petit peu de moi-même. »

« Les arts vont ensemble. Je vagabonde dans tout cela. Il n’y a pas de hiérarchie dans les formes d’expression. »

« Mes rides, j’y tiens. Je ne les ai pas faites en boîte de nuit, mais à force de travail et à force de lire la nuit au lieu de dormir. »

Dans sa jeunesse, elle aimait Bob Dylan, Bob Marley, les Blacks Panthers, Angela Davis, les frères Jackson, la Harlem Renaissance. Puis, elle a aimé la poésie de la résistance, comme René Char. Elle dit être une planète, disponible pour tout. Elle s’intéresse à tous les artistes, tous les arts. Christine Taubira a été au Festival d’Avignon cet été, elle soutient les artistes, tente de les comprendre dans leur plus grande diversité. Tout son discours tourne autour de l’art et de sa promotion auprès du plus de gens possible. Elle aime tous les arts et écrit elle-même, toujours dans un style riche où le vocabulaire et le style se déploient avec beaucoup de lyrisme et d’élégance. A quand Christiane Taubira ministre de la Culture ?

img_4523

Site de Chassol

Site du Théâtre du Rond-Point

Site de Télérama

 

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s