Women House à la Monnaie de Paris

Quai de Conti, une nouvelle exposition prend place dans le très bel établissement de la Monnaie de Paris. La dernière exposition de Maurizio Cattelan avait été un triomphe, et m’avait énormément plu et étonné. « Women House – La maison selon elles » est une exposition intrigante, mais pas transcendante. Les œuvres présentées telles l’une des Nana de Niki de Saint Phalle dans la cour ou encore Maman, l’énorme araignée qui est une « ode à la mère », de Louise Bourgeois deviennent fascinantes par leur grandeur monumentale.

Pour ce qui est du reste de l’exposition, on découvre des photographies, vidéos ou œuvres représentant la femme dans sa maison. Elles exposent un travail sur la destruction des clichés de la femme comme ayant pour unique but de s’occuper de la cuisine, du repassage, du ménage… Tout est détourné pour détruire le patriarcat qui pèse sur la société depuis des lustres. Toutes ces artistes ont travaillé sur la déconstruction de ces devoirs qu’auraient la femme à la maison, elles ont transformé l’idée que l’on se fait de la « Women house ».

Dans Rêve de repassage, Karin Mack transforme la table à repasser en une forme de lit mortuaire. Kirsten Justesen joue quand à elle avec les objets de la maison : la femme devient objet, au milieu des autres bibelots que contient l’armoire. Une vidéo montre une femme en cage, comme si la maison était une prison. Et il est aussi fait référence à la Chambre à soi de Virginia Woolf qui prône l’idée que la femme devrait avoir une pièce à elle dans une maison et pouvoir s’y enfermer quand elle en aurait envie. D’ailleurs, Marie Darrieussecq a récemment traduit de nouveau La Chambre à soi de Virginia Woolf en traduisant le titre par Un lieu un soi, histoire de déconstruire un peu mieux le mythe de la femme dans l’espace domestique, la « chambre » étant bien plus connoté que le « lieu ».

Même si l’exposition, en soi, n’est pas exceptionnelle, elle amène toutefois à la réflexion, et donne envie de s’intéresser un peu mieux au sujet et de lire ou relire la traduction Un lieu à soi de Virginia Woolf par Marie Darrieussecq.

Exposition jusqu’au 28 janvier 2018, à la Monnaie de Paris, au 11 quai de Conti, dans le VIe arrondissement de Paris.

Site de la Monnaie de Paris

img_5724

img_5727
Rêve de repassage de Karin Mack
img_5729
Portrait dans une armoire avec collection de Kirsten Justesen

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s