Journal des films d’avril 2018

  1. Papy fait de la Résistance de Jean-Marie Poiré. Un classique de la comédie à la française. Et pourtant, on se dit qu’aujourd’hui il serait vraiment difficile de refaire un tel film, et qu’il soit accepté sans problème par le public… Intéressant sociologiquement parlant.
  2. Saving Banksy de Colin Day [Vu sur Netflix] [Coup de cœur] Passionnant docu sur Banksy et plus particulièrement sur les voleurs de l’art de la rue. Le documentaire traite de tous ces gens qui se revendiquent marchands d’art, qui découpent des bouts de mur où les plus grands street artistes, tels Banksy, ont peint, et qui les revendent à des prix monstrueux. Tout cela pour dire que l’art de la rue n’a pas pour vocation a entrer sur le marché de l’art. Il doit rester dans la rue, et ne pas devenir un commerce. Un docu très intéressant !
  3. The Hours de Stephen Daldry. [Amoureux des livres] Ce film met en parallèle trois époques et trois femmes. La première est Virginia Woolf, remarquablement bien joué par Nicole Kidman, méconnaissable. La deuxième est Laura Brown (Julianne Moore), qui vit dans les années 50, lit le livre de Virginia Woolf, Mrs Dalloway. Quant à la troisième, Clarrisa Vaughan (Meryl Streep), elle est Mrs Dalloway ! Trois histoires, trois femmes, trois époques. Un film étonnant qui nous plonge dans la vie de la littérature. 
  4. Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman. McMurphy (Jack Nicholson) est-il vraiment fou ou s’est-il fait interner pour échapper à la police et à la justice ? Là est le pitch, et pourtant peu importe. La beauté de ce film réside dans la relation qu’entretient McMurphy avec les « fous » de l’asile et avec l’infirmière qui l’a pris en grippe. Un film d’une beauté rare sur l’homme et ses folies.
  5. La Mort de Staline d’Armando Iannucci [Vu au cinéma] Un film british, avec l’humour absurde qui va avec, sur la mort de Staline, en personne. Un film intello, mais drôle ! Vraie pépite d’humour absurde. Je n’avais pas autant ri au cinéma depuis La Loi de la jungle.
  6. House of Cards – Saison 1 de Beau Willimon [Vu sur Netflix] Je découvre House of cards bien après tout le monde, depuis que je me suis abonnée à Netflix (le diable en personne). Une série formidable sur les coulisses du pouvoir aux Etats-Unis et sur toutes les magouilles et stratégies, quitte à tuer quiconque vient se poser sur son passage, qui mènent aux plus hauts postes du pays. Passionnant !
  7. Place publique d’Agnès Jaoui [Vu au cinéma] Une soirée, un animateur vedette (Jean-Pierre Bacri), son ex-femme (Agnès Jaoui) et la productrice de l’émission du premier et sœur de la deuxième (Léa Drucker). Pas dans l’excès, mais plutôt dans la justesse des situations, Place publique est une bonne comédie qui plaira à tous les amoureux du couple Jaoui/Bacri.
  8. Larguées d’Eloïse Lang [Vu au cinéma] Sans mon amie Marion, qui bloggue par ici, j’avoue, je ne serais jamais allée voir ce film. Trop déçue par des dizaines de comédies françaises, je n’y vais plus ou alors très rarement. Et, cette fois-ci, je n’ai pas regretté ! Camille Chamoux, la fille modèle, et Camille Cottin, la rockeuse, emmènent leur mère, Miou Miou – qui vient de se faire larguer par leur père, – en vacances au bord de la mer, dans un genre de Club Med. Mission : lui redonner le sourire ! Un scénario plutôt simple, mais des dialogues ciselés et vraiment drôles ! Un très bon moment à passer au cinéma !
  9. L’Avocat de la terreur de Barber Schroeder. J’ai rencontré Lionel Duroy, il y a quelques semaines, qui m’a parlé de ce documentaire, dans lequel il parle à de multiples reprises. L’écrivain était journaliste pour Libération, à la fin des années 80,  au moment où l’avocat Jacques Vergès défendait le nazi Klaus Barbie. Lionel Duroy a alors écrit un très long portrait de Vergès. Ce documentaire retrace le parcours et la vie étrange de l’avocat de la terreur. Personnage clivant, il intrigue, pas toujours dans le bon sens du terme. Un documentaire qui va fouiller dans les recoins les plus sombres de l’histoire.
  10. Le Code a changé de Danièle Thompson. Toujours un plaisir de revoir ce film, comme la plupart des films de Danièle Thompson. A voir le dimanche soir, pour se détendre.
  11. Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch. [Coup de cœur] Des vampires, du rock,  des guitares électriques, de l’amour, des bars, des ancêtres mythiques, les Etats-Unis, le Maroc, et la quête : la recherche du sang. Sublime film. 

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s