Photofiction III : Shining (« Identical Twins » de Diane Arbus)

Une nouvelle inspirée d’une photographie : Identical Twins de Diane Arbus.

Je ne peux détacher mon regard de ces deux jumelles. Cette photographie demeure un mystère pour moi. Ces deux petits filles, si symétriques, qui ont pourtant l’air si différent. Quand l’une sourit, l’autre porte un air grave. Chacune d’elle semble vouloir nous prévenir de quelque chose, comme si elles avaient vécu mille et une vies. Depuis que j’ai découvert cette photo de Diane Arbus, ces petites me hantent, comme deux monstres, deux enfants habités par le diable ou je ne sais quel démon. Les jumeaux m’ont toujours intrigué. Ils portent en eux cette inquiétante étrangeté qui les rend beaux et mystérieux à la fois, qui pose mille questions à ceux qui les regardent. On m’a souvent raconté ces histoires d’hommes et de femmes qui ressentent la douleur de leur jumeau, alors que des milliers de kilomètres les séparent, comme s’ils ressentaient l’autre dans leur chair.

Ces deux petites filles me terrorisent, provoquent des cauchemars dans chacune de mes nuits. J’ai la sensation qu’elles veulent me parler, m’avertir d’un danger ou d’un quelconque événement à venir, comme si elles avaient besoin de moi. Leur regard me trouble et je ne puis rien y lire de clair. 

Je gamberge. Je suis en pleine phase d’écriture de mon nouveau scénario et je n’arrive plus à y voir clair. Le visage des jumelles m’interpelle sans cesse. Dans ce film, je glisse toutes mes peurs et mes angoisses, mes doutes et mes faiblesses. Ce film sera truffé de références à ma propre vie, à des événements fascinants ou déroutants qui ont traversé ma vie. 

Et si je les faisais se rencontrer. Si Danny, le jeune héros, croisait les jumelles dans un couloir. Elles auraient à peu près le même âge que lui. Alors qu’il représenterait le monde humain et bienveillant, elles prendraient place aux côtés de Jack, dans son penchant sordide, complexe et monstrueux, dans son côté inhumain. 

J’ai déjà noté quelques scènes où je vois des ascenseurs déverser des flots de sang, mais les couloirs me semblent un peu trop sages. Les jumelles l’éclaireraient, lui donneraient une dimension diabolique et terrifiante. Deux petites filles sages, habillées dans des robes à smocks provoqueront plus d’un cauchemar aux spectateurs. Elles intrigueront, interpelleront, personne ne comprendra ce qu’elles font là. Elles effrayeront, comme elles m’ont terrifié lorsque je les ai vues pour la première fois. 

Et une référence de plus au compteur de mon prochain film.

Inspiré de Identical Twins de Diane Arbus

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s