« Toutes les femmes sauf une » de Maria Pourchet

Toutes les femmes sauf une, de Maria Pourchet, Pauvert, septembre 2018, 136 pages, 15€.

Nous sommes dans une maternité, et une femme est en train d’accoucher de sa fille. On ne sait pas s’il s’agit d’un récit ou d’un roman. Le doute subsiste, car rien n’est inscrit sur le livre, et les éditions Pauvert publient beaucoup de récit… Certains d’entre vous me diraient : « Et alors ? », et ils auraient raison. Passons donc au vrai sujet : l’accouchement  et la naissance d’une fille, qui fait remonter chez la mère tous les mots violents de l’enfance, dits par sa propre mère.

« Les mots qu’on nous dit, les phrases pour nous assommer, les phrases pour nous gouverner, les phrases pour endormir, interdire, séparer, les phrases pour reproduire. »

Des mots qui rabaissent, qui brusquent, qui culpabilisent, qui humilient. Elle évoque aussi le métier d’écrire, réservé aux hommes. Les femmes ont toujours dû se cacher pour écrire. Encore aujourd’hui, la légitimité n’est pas si simple à acquérir. Ou disons plutôt que le sentiment d’illégitimité est violent.

« Les pauvres femmes sont penchées sur les éviers, la terre, les bites, les bassines, les mômes, les poules. Une femme penchée sur un cahier, c’est un homme. C’est un homme et personne ne l’emmerde. »

Ce texte provoque un parallèle entre la violence de l’enfance et la peur de donner naissance à une fille. Quel sera son avenir ? Cette mère lui parle et lui raconte ce qu’il faudra faire, ce qu’il faudra être face aux autres pour survivre. Dans les coulisses de la maternité, la narratrice prévient sa fille de la violence du monde. Mais dans les coulisses de la maternité, la violence est déjà là. Maria Pourchet dézingue les clichés sur la beauté de l’accouchement : on laisse seule la narratrice pendant des heures, on « l’oublie », des propres mots du personnel hospitalier, on la brusque, l’infantilise, on oublie de lui donner des antidouleurs…

Toutes les femmes sauf une est un texte poignant, fort, violent, sur la condition des femmes, sur les relations mère-fille, sur les relations homme-femme, sur la violence des mots dans l’enfance qui peuvent décider d’une vie entière.

Site des éditions Pauvert

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s